Ce projet a été réalisé grâce à une bourse eCampus Ontario tenue à l’Université Western. Nous sommes reconnaissants du soutien que de nombreuses personnes d’eCampus et de Western nous ont offert le long du chemin.

Surtout, nous souhaitons exprimer notre gratitude aux peuples des Premières Nations, inuits et métis sur les terres desquels nous vivons et travaillons à travers ce pays qui se nomme aujourd’hui Canada.

En tant qu’auteure de ce texte, je suis éternellement reconnaissante pour le soutien, l’assistance et l’amitié de tant de personnes que je ne saurais nommer toutes ainsi qu’à ma famille. En particulier, je suis redevable d’une importante dette de reconnaissance à  Megan Lowes, l’artiste métisse, membre de la Nation Mississauga, qui composa les éblouissantes illustrations pour ce texte, à son père David Lowes, qui enregistra des bandes musicales pour accompagner ses illustrations, à Andrea Jibb, spécialiste métisse de littérature autochtone en langue française et coordinatrice chez Atlohsa Native Family Healing Services, qui a généreusement partagé ses connaissances profondes et sincères, qui a validé mon travail et capté des lacunes et des signes ténus de partialité dans mon langage et mes pensées, ainsi qu’à la famille Jouband de la Saskatchewan, qui a soigneusement relu mon travail et l’a traduit par endroits, et l’a amélioré de manière continue. Ce projet n’aurait jamais pu s’accomplir sans les efforts de l’équipe géniale de Digital Echidna : Sarah Kraushaar, Ian Bullock, Brad Murray, Dylan Rieder, et Tanner Fisher.

Tout au long du chemin, les soutiens et les encouragements sont venus de tant de gens formidables : Lina Sunseri et d’autres membres de la Nation Oneida de la Thames, David Maracle, Amanda Meyers et Stephanie Horsley des services autochtones de l’Université Western Ontario, Douglas Morton, Robb Todd de Tribal Spirit Music, les membres de Michif Cultural Connections, ainsi que Lauren Anstey et bien d’autres au Centre d’enseignement et d’éducation de l’Université de Western, et mon étudiante Mackenzie Bishop. Louis-Karl Picard-Sioui, merci pour le baume au coeur. Je suis aussi profondément et éternellement reconnaissante envers de nombreux membres de la Première Nation O’Chiese, dont la résilience a toujours été une source d’inspiration, et envers Eric Nystrom de Rocky Mountain House, qui a partagé avec moi son savoir, ses histoires et son incroyable sens de l’humour lorsque nous travaillions ensemble au Patrimoine canadien. Je n’aurais pas pu terminer ce projet sans le soutien Liz Akiwenzie, dépositaire de la coutume oneida, qui m’a permis de digérer l’immense chagrin provoqué par la lecture des témoignages sur les pensionnats indiens et de recevoir des traitements de plusieurs guides des esprits des animaux, qui me sont apparus tout au long de ce projet. Merci à tous.

Enfin, je suis reconnaissante envers le Créateur et ces mêmes esprits des animaux. Chaque fois que je me trouvais dans une passe difficile de ce projet, un animal différent me rendait visite avec son propre remède : un aigle chauve, un renard rouge, un bébé raton laveur, un élan, une souris, un cerf et un faucon pèlerin, dans cet ordre. Bien sûr, durant tout ce temps, l’équipe et moi-même étions entourées et énergisées par des créatures grandes ou petites (y compris mon chien Murray, baptisé en référence au juge Sinclair), mais l’esprit de ces animaux singuliers se sont approchés dans des endroits les plus invraisemblables et ils m’ont regardée droit dans les yeux en disant : « Continue d’essayer ».